Coronavirus : une IA qui avait prédit l'épidémie bien avant la catastrophe !

Coronavirus : une IA qui avait prédit l’épidémie bien avant la catastrophe !

Une IA (Intelligence Artificielle) avait déjà prédit l’épidémie du coronavirus 10 jours avant que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) n’en parle, et des chercheurs créent une carte pour suivre sa propagation en temps réel. La technologie au service de la santé.

Voyageur Chine

Les champs applicatifs de l’intelligence artificielle sont quasi infinis. Pas étonnant donc que des modèles d’IA existent pour anticiper l’apparition et la propagation d’épidémies, telles que celle du coronavirus en Chine. L’une de ces IA, baptisée « BlueDot » et développée par une start-up canadienne, avait ainsi décelé des signes favorables à l’apparition de ce virus à Wuhan, capitale de la province du Hubei, dès le 31 décembre dernier. Soit 10 jours avant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou les médias ne commencent à en parler.

BlueDot avait même anticipé l’émergence des premiers foyers infectieux ainsi que les premiers déplacements du virus, en prenant par exemple en compte les nombreux trajets en avion prévus sur cette période entre Wuhan et Bangkok, mais aussi Taipei et Séoul.

Une IA déjà utilisée par le passé

Fondée par un ancien médecin en 2014, BlueDot s’était déjà illustrée lors de précédentes épidémies (notamment celle du virus Zika en 2016). Ses algorithmes sont capables de capter et recouper d’innombrables signaux dits « faibles » observés sur la Toile, pour calculer un risque et générer des prévisions. Ils vont pour cela piocher dans des données publiquement disponibles sur Internet (requêtes formulées sur les moteurs de recherche par régions, messages publiés sur des forums de santé, etc.). Bien plus précis que ceux de feu Google Flu Trends, les rapports de BlueDot sont envoyés aux responsables de la santé publique de plusieurs pays, ainsi qu’à des compagnies aériennes ou des hôpitaux.

Nous ne savons pas, en revanche, quelle est la marge d’erreur de cette IA, ce qui pourrait expliquer pourquoi ses premières alertes n’ont pas forcément été prises au sérieux.

Une carte en temps réel pour suivre le coronavirus

Carte Coronavirus

Autre exemple de technologie appliquée au suivi de la propagation de virus : des chercheurs américains de l’université Johns Hopkins à Baltimore ont mis en ligne une carte mondiale permettant de suivre l’évolution de l’épidémie en temps réel. Cette carte s’appuie sur les données officielles de l’OMS et celles provenant de diverses sources officielles (plusieurs centres pour le contrôle et la prévention des maladies et hôpitaux).

Le but, bien sûr, n’est pas d’affoler les populations, mais d’aider les autorités et les citoyens à mieux anticiper les déplacements du virus, pour lutter le plus efficacement possible contre sa propagation. Les cas avérés sont comptabilisés, tout comme le nombre de guérisons et de décès. Le cheminement du virus pourra aussi être analysé dans un second temps, pour améliorer l’efficacité de la prise en charge de telles épidémies à l’avenir.

Souches Coronavirus

À l’heure actuelle, la propagation du coronavirus (4 475 cas confirmés) touche 13 pays en dehors de la Chine, dont la France, les États-Unis, l’Allemagne ou le Japon.

Accéder à la carte pour suivre la propagation du Coronavirus en temps réel.

Un épidémiologiste spécialiste de cette maladie a envoyé les premiers avertissements concernant le virus de Wuhan

L’algorithme BlueDot parcourt les bulletins d’information et les données relatives aux billets d’avion pour prédire la propagation de maladies comme celles liées à l’épidémie de grippe en Chine.

Le 9 janvier, l’Organisation mondiale de la santé a informé le public de l’apparition d’un foyer de type grippal en Chine : un groupe de cas de pneumonie avait été signalé à Wuhan, probablement en raison de l’exposition des vendeurs aux animaux vivants du marché des fruits de mer de Huanan. Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avaient fait passer le message quelques jours plus tôt, le 6 janvier. Mais une plateforme canadienne de surveillance de la santé les avait devancés tous les deux, en informant ses clients de l’épidémie le 31 décembre.

BlueDot utilise un algorithme piloté par l’IA qui parcourt les bulletins d’information en langue étrangère, les réseaux de maladies animales et végétales et les proclamations officielles pour avertir ses clients à l’avance afin d’éviter les zones dangereuses comme Wuhan.

Malades chinois maladie

La rapidité est importante lors d’une épidémie, et les fonctionnaires chinois aux lèvres serrées n’ont pas de bons antécédents en matière de partage d’informations sur les maladies, la pollution de l’air ou les catastrophes naturelles. Mais les responsables de la santé publique de l’OMS et du CDC doivent s’en remettre à ces mêmes responsables pour leur propre surveillance des maladies. Peut-être qu’une IA peut donc arriver plus rapidement. « Nous savons qu’on ne peut pas compter sur les gouvernements pour fournir des informations en temps utile », déclare Kamran Khan, fondateur et directeur général de BlueDot. « Nous pouvons recueillir des informations sur les éventuelles épidémies, des petits murmures, des forums ou des blogs sur des événements inhabituels.

Khan dit que l’algorithme n’utilise pas les messages des médias sociaux parce que ces données sont trop salissantes. Mais il a une astuce dans sa manche : l’accès aux données mondiales sur les billets d’avion qui peuvent aider à prédire où et quand les résidents infectés se rendront ensuite. Il a correctement prédit que le virus sauterait de Wuhan à Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo dans les jours suivant son apparition initiale.

Santé IA Coronavirus

Khan, qui travaillait comme spécialiste des maladies infectieuses en milieu hospitalier à Toronto pendant l’épidémie de SRAS de 2003, rêvait de trouver un meilleur moyen de suivre les maladies. Ce virus a débuté dans la Chine provinciale et s’est propagé à Hong Kong, puis à Toronto, où il a tué 44 personnes. « Il y a un peu de déjà vu en ce moment », dit Khan à propos de l’épidémie de coronavirus d’aujourd’hui. « En 2003, j’ai vu le virus envahir la ville et paralyser l’hôpital. Il y avait une énorme fatigue mentale et physique, et je me suis dit : « Ne recommençons pas ».

Après avoir testé plusieurs programmes prédictifs, Khan a lancé BlueDot en 2014 et a réuni 9,4 millions de dollars de capital-risque. L’entreprise compte aujourd’hui 40 employés – médecins et programmeurs – qui conçoivent le programme analytique de surveillance des maladies, qui utilise des techniques de traitement du langage naturel et d’apprentissage automatique pour passer au crible les bulletins d’information en 65 langues, ainsi que les données des compagnies aériennes et les rapports sur les foyers de maladies animales. « Ce que nous avons fait, c’est utiliser le traitement du langage naturel et l’apprentissage machine pour entraîner ce moteur à reconnaître s’il s’agit d’une épidémie d’anthrax en Mongolie ou d’une réunion du groupe de heavy metal Anthrax », explique M. Kahn.

Une fois la saisie de données automatisée terminée, l’analyse humaine prend le relais, explique Khan. Les épidémiologistes vérifient que les conclusions ont du sens d’un point de vue scientifique, puis un rapport est envoyé au gouvernement, aux entreprises et aux clients de la santé publique.

Les rapports de BlueDot sont ensuite envoyés aux responsables de la santé publique dans une douzaine de pays (dont les États-Unis et le Canada), aux compagnies aériennes et aux hôpitaux de première ligne où pourraient se trouver des patients infectés par le coronavirus. BlueDot ne vend pas ses données au grand public, mais il y travaille, explique M. Khan.

Epidemie Coronavirus

L’entreprise n’est pas la première à chercher à contourner les responsables de la santé publique, mais elle espère faire mieux que Google Flu Trends, qui a été euthanasié après avoir sous-estimé de 140 % la gravité de la saison de la grippe de 2013. BlueDot a réussi à prédire l’emplacement de l’épidémie de Zika dans le sud de la Floride dans une publication du journal médical britannique The Lancet. Il reste à voir si BlueDot s’avérera aussi efficace cette fois-ci. Mais dans l’intervalle, certains experts de la santé publique affirment que, bien qu’ils aient couvert l’épidémie de SRAS pendant des mois en 2002, les responsables chinois ont réagi plus rapidement cette fois-ci.

Origine Coronavirus

« L’épidémie est probablement beaucoup plus importante que ce que les responsables de la santé publique ont confirmé », déclare James Lawler, spécialiste des maladies infectieuses au centre médical de l’université du Nebraska, qui a traité des patients atteints du virus Ebola mis en quarantaine en 2017 et 2018. « Le simple fait de calculer au dos de l’enveloppe le nombre de voyageurs en provenance de Chine pour une semaine donnée, et le pourcentage de ceux qui auraient pu être touchés, c’est beaucoup ».

Une zone contenant huit villes et 35 millions de personnes a maintenant été mise en quarantaine en Chine, a rapporté vendredi le New York Times, tandis que le Wall Street Journal rapporte que les hôpitaux de l’épicentre de Wuhan refusent des patients et que les fournitures médicales telles que les masques et les désinfectants sont épuisées.

Lawler et d’autres affirment que l’épidémie de coronavirus continuera à se propager car les voyageurs de Chine vers d’autres pays présentent des symptômes d’infection. Il affirme que nous ne savons toujours pas combien de personnes seront malades et combien d’entre elles mourront avant que l’épidémie ne s’atténue.

Pour arrêter la propagation de la maladie, les responsables de la santé publique devront dire la vérité et la dire rapidement. Mais en attendant, il pourrait être utile de nommer un épidémiologiste spécialisé dans l’influenza aviaire.

Antoine

Je suis l'administrateur du site, merci les geeks.